Gestation pour autrui : mais qui sont donc les parents ?

Auteur de l'article: Odile Juillard-Imbert et Sara Benzohra
Date de publication dans la revue: 26/11/2016

En France, en droit et dans les esprits, le corps et l’ADN déterminent à eux seuls qui est la mère d’une part et qui est le père d’autre part. Pourtant, de nombreux enfants nés à l’étranger de parents français par gestation pour autrui, se voient quasi-systématiquement refuser la transcription de leur état civil, ou du moins leur filiation maternelle.

Depuis quelques années le modèle familial traditionnel connaît de véritables changements qui méritent de repenser son fondement. En effet, le droit français s’arc-boute sur une conception passéiste qui fait fi des pratiques sociétales et des avancées biotechnologiques qu’il serait temps de réglementer, afin de permettre à « l’intention de faire famille » d’écrire ses lettres de noblesse en toute clarté dans l’intérêt des enfants et de leurs parents.

OJISB-La-gestation-pour-autrui